visiting Milan by tram

De la ville nouvelle à Navigli, la ville est parcourue en 45 minutes

J’ai toujours aimé le tram, comme beaucoup de milanais. Par dessus tout, les vieux trams jaunes à un seul wagon, les historiques carrello, carte postale unique de Milan. Si beaux à faire également pâlir de jalousie une ville comme Los Angeles qui, il y’a quelques années les a accaparé dans des entrepôts milanais et qui non seulement les a mis sur rails, mais aussi qui en a fait le symbole de la métropole. Etrange destinée.

Prendre le tram peut être une nécessitée, mais est par dessus tout une philosophie : Le lent mouvement cadencé par les ferraillement des rails sur les voies est le meilleur moyen pour profiter de la ville en allant d’un lieu à un autre. Plongé dans une atmosphère d’antan de bancs en bois et de meubles vintage, entouré d’une foule composée d’étudiants, de ‘scuire ‘ (Hommes milanais d’âge moyen), des jeunes tribues, ou des hommes d’affaires, il est facile de se laisser aller à contempler le paysage urbain qui se déroule sous nos yeux, encadré par les vitres.

Le tram numéro 10 offre d’une certaine manière un parcours vraiment émouvant : De la gare centrale (Stazione centrale ) à la Place du 24 mai (Piazza 24 maggio), le paysage change en continue ; passant des gratte-ciel de la ville nouvelle au Milan néoclassique, pour arriver à la ville d’eau de la Darsena.
Parcours conseillé à qui veut rejoindre Navigli sans se presser, en alternative de manière économique et suggestive au taxi et au métro. Mais également conseillé à qui est à Milan seul, et de passage pour quelques heures. Prendre la ligne 10 permet de profiter d’un tour touristique au prix d’un billet urbain et peut-être même d’arriver à Navigli juste à temps pour l’Happy Hour. Ensuite il suffit de prendre le métro à Porta Genova et on rentre à la Stazione Centrale en 15 minutes. Prêts à repartir en ayant dans les yeux, un petit bout de Milan.

Il se prend à quelques pas de la gare centrale : Après avoir traversé la place Duca D’Aosta, on rejoint l’arrêt de la ligne 10 via Filzi, à quelques pas de l’entrée de la tour Pirellone, le premier gratte-ciel historique de Milan, dessiné dans les années 30 par Gio’ Ponti.
Et voici la ligne 10 arriver, toute de jaune vêtue ou recouverte de publicité, la dernière mode milanaise.

Seulement un arrêt et le premier gratte-ciel de la ville nouvelle pointe le bout de son nez derrière l’église ?, dans un beau contraste d’ancien et de moderne, la véritable âme de Milan. En continuant, on aperçoit la hampe du gratte-ciel le plus haut jamais construit en ville, la tour Unicredit qui en 2014 a brisé la primauté en hauteur de la Madonnina du Duomo.
A l’arrêt suivant, on entre dans le cœur du Milan moderne. Il suffit de descendre du tram, et on peut ainsi monter sur la place suspendue Gae Aulenti, à l’ombre de la tour Unicredit. Cette place est devenue en peu de temps un des endroits les plus cools de Milan, et théâtre de nombreux évènements.
En continuant, paraît au loin le bois vertical, projet de Boers, un gratte-ciel entièrement recouvert de plantes, qui en 2015 a gagné le titre de l’architecture verticale la plus belle au monde.
Nous laissons se dérouler les images de la ville nouvelle derrière les quais pour passer à coté d’un autre des monuments les plus beaux de la ville : Il cimitero monumentale (le cimetière monumental), lieu d’art et de mémoire où ici reposent les grands Hommes qui ont fait l’histoire de la ville, de Manzoni à ? – Pour ensuite prendre le boulevard Procaccini qui longe sur la gauche Chinatown – descendre ici pour le visiter !- et sur la droite, l’énorme place multifonctionnelle de l’usine à vapeur, siège de manifestations alternatives et underground qui se déroulent en ville.
Sur les boulevards arborés se succèdent cafés et magasins, avant de rejoindre le Corso Sempione où se croisent beaucoup d’autres lignes de tram.

Nous voici arrivés au Milan qui connaît bien Paris. Non seulement car le Corso Sempione fut voulu par Napoleon durant le royaume d’Italie, mais pour les nombreux locaux de style bistrot qui animent la zone piétonne, à l’ombre de l’Arc de la Paix. Une des plus belles perspectives de la ville et un des endroits les plus bouillonnants de la vie milanaise, extrêmement fréquenté à l’heure de l’apéritif.
Nous rencontrons ici une compagnie enthousiaste d’allemands qui a choisi le tram pour visiter Milan.
Idée excellente, commente Mark qui comme ses compagnons de voyage, a eus la chance de tomber sur une journée chaude et ensoleillée d’octobre.
Ainsi, ils sont dirigés directement sue les canaux de Navigli. Deux bavardages en anglais, un conseil sur où aller déjeuner. Le tram est ainsi, il est facile d’échanger quelques mots, à la différence du métro anonyme ou des autobus bondés.

Nous rejoignons la Piazzale Baracca devant le Corso Vercelli, célèbre pour le shopping et le Milan néoclassique et liberty avec les belles façades. Au fond de la rue, on peut voir l’église Santa Maria delle Grazie qui abrite La Cène de Leonard de Vinci. Si vous n’avez pas réservé la visite, évitez de descendre la rue pour la rejoindre. Il est impossible d’y entrer sans réservation.

Et ainsi, on se retrouve à Porta Genova, où mes compagnons de tram descendent pour rejoindre le Naviglio Grande qui est à quelques pas. En plus de la gare, il y’a également le quartier du design Via Tortona e Via Savona. C’est vous qui choisissez !
Le tram continue donc sur la rue Vigevano, pleine de locaux, de restaurants et de boutiques à la mode. De la rue Corsico, on accède au Naviglio Grande en quelques secondes. Encore quelques mètres et ainsi s’ouvre un passage improvisé, nouveau et bondé, un coin d’eau à l’intérieur de la ville ! C’est la Darsena, le vieux port de Milan, où un temps, naviguaient des marchandises de tout genre, traversant les canaux de Navigli.
Maintenant cela représente la moitié du divertissement nocturne, avec des kiosques de street food à chaque pas, de la musique, des événements. Et tout cela en plus d’être d’être un bel endroit où se balader au soleil.

La rétrospective de Milan se termine avec les cloches de Sant’Eustorgio, se tenant au fond du parc des deux basiliques. C’est un rappel au cœur antique de Milan. Nous sommes arrivés au terminus de la place 24 maggio.

share

Leave Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

INFORMATIVA COOKIES

Il sito utilizza solo cookie tecnici. Proseguendo la navigazione l'utente accetta l'utilizzo di tutti i cookie. Per maggiori informazioni, anche in ordine alla disattivazione, è possibile consultare l'informativa estesa